Ma vision des années 2010…

Si l’on ne change pas de politique aujourd’hui, voila ce qui pourrait se passer !!

2010 – 2012 : la présidentielle dans la tête de nos personnalités politiques

Une croissance molle : les ingrédients d’une croissance plus rapide sont dans les pays émergents, notre industrie n’est pas suffisamment compétitive et l’innovation française ne peut tout compenser

Pendant ce temps les pays émergents profitent : Le Brésil, la chine , L’Inde n’en finissent pas d’émerger avec leur croissance insolente , notre technologie les intéressent et nos importations de leurs produits aussi…

Le recul des investissements des entreprises pendant la crise : casse la reprise par un manque d’innovation et donc peu de chances d’augmenter des parts de marché

Un chômage restant élevé malgré sa baisse enclenchée : le manque de compétitivité de nos entreprises et la consommation des Français de produits importés ne favorisent pas l’emploi.

Un pouvoir d’achat malmené : ayant peur de l’avenir les Français mettent plutôt de côté et consomment moins où achètent des produits moins chers donc fabriqués à l’étranger.

L’appauvrissement des Français : le chômage cumulé au pouvoir d’achat en berne augmente le nombre de pauvres, la crise économique est un des facteurs importants.

 

2013 – 2015 : les années difficiles et cruciales pour la France

Pendant ce temps l’Allemagne rétabli l’équilibre budgétaire : Les Allemands maintiennent leur excellente note de leur dette, cet équilibre obtenu avec difficulté mais aussi discipline et sens de la patrie.

Les autres pays comme Les USA, l’Angleterre suivent grâce à de réformes dures obtenus par le courage politique de leurs dirigeants.

La dégradation de la note de la dette française : Il fallait s’y attendre !!, les résultats insuffisants en matière de maitrise des déficits publics cumulés à la croissance molle qui ne fait pas assez de rentrées fiscales rend les organismes de notation plus frileux, d’où un financement de l’Etat de plus en plus cher et difficile en recourant à l’emprunt.

Avertissement de l’Europe : face au manque de courage politique des dirigeants français, Bruxelles met en garde la France en lui demandant de lancer un véritable plan de rigueur…

La mise en garde du FMI : La France s’embourbe dans ses déficits, il lui faut une réaction rapide et le FMI ne pourra l’aider entièrement de part l’ampleur des dépenses publiques.

Pas de nouveau grand emprunt possible : inutile de lancer un emprunt qui n’aurait aucun succès auprès du marché, même pour financer les réformes…

L’annonce d’un plan de rigueur par le gouvernement pour essayer de rassurer les marchés financiers : l’augmentation des impôts et la baisse des dépenses sera mal reçus par les marchés car ce plan cassera la consommation des ménages et ne sera pas crédible sur l’aspect réduction des dépenses.

L’augmentation des impôts locaux et du revenu : cette mesure la plus facile ne génère pas vraiment de manifestations, les Français vont la vivre comme un mal nécessaire.

La baisse insuffisante des dépenses publiques : les tentatives du gouvernement va se traduire par quelques économies liés à l’amélioration de la productivité du service public, le plus ambitieux sera contrecarrer par de grandes manifestations de fonctionnaires.

La lutte intensifiée contre la fraude sociale , fiscale et contre les paradis fiscaux : la seul mesure assez populaire ,le gouvernement en place ne va pas arrêter de vanter son action.

Les conséquences de ce plan :

Des grandes manifestations en conséquence : La réaction logique des syndicats et des partis d’opposition quand les acquis sociaux sont remis en cause ainsi que le service public

Les grèves multiples des fonctionnaires : ne perdant pas leur emploi en cas de grèves , leur réaction sera de bloquer le pays pour bloquer toute réforme néfaste à leurs acquis sociaux.

La montée des partis d’extrême gauche ou de droite : Les Français vont se sentir de plus en plus trahis ,les promesses d’une vie toujours meilleure tenues lors de la présidentielle  2012 des partis de gouvernement deviennent de moins en moins crédibles…

Le gouvernement va chercher à gagner du temps vis à vis de Bruxelles : l’impopularité des réformes et leur rejet par la population est tellement fort que le gouvernement ne peut que demander davantage de temps pour faire passer ces réformes.

 

2015 – 2017 : les années noires de notre démocratie

    Notre croissance trop molle car ralentie par :  

Une consommation insuffisante des Français à cause de l’augmentation des impôts et taxes diverses décidée en 2013 et la peur de l’avenir incitant les Français à épargner.

Une industrie française qui peine face aux pays émergents : notre avance technologique n’existe plus , le grand emprunt de 2010 n’a pas suffit à limiter la casse.

    Les réformes des finances publiques n’avancent pas assez vite à cause de :  

La résistance des fonctionnaires est grande : ils se sentent les premières victimes et réagissent violemment .

Les français restent très réticents face à la réduction du service public surtout  pour leur système de santé, ils prennent de plus en plus part aux manifestations : les gens en ont marre des grèves et du service public qui se détériore progressivement.

 

L’Etat commence à faire des coupes sombres sur son budget :

Les marchés financiers dégradent un fois de plus la note de la dette : les investisseurs commencent à délaisser les obligations, l‘Etat ne trouve que très peu d’argent sur les marchés financiers.

L’Etat, la sécurité sociale et le collectivités territoriales commencent à devoir faire des coupes sur leur budget : le manque d’argent se fait gravement sentir, les creuse de plus en plus

 

La France se tourne vers le FMI et la BCE, seules institutions pouvant lui prêter sous conditions restrictives en matière de dépenses publiques

Bruxelles essaie d’éviter que le pays ne bascule progressivement sous un régime nationaliste ou communiste en obtenant de la BCE un prêt : un ballon d’oxygène pour la France.

 

La suite  : une France sous perfusion monétaire du FMI et de la BCE et sous forte tension politique, la menace d’implosion de la 5ième République reste très forte…

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire